Passionnément passionnée …

Le moment est arrivé où je dois vous en dire plus sur ma passion pour la mode.

On ne peut pas vraiment dire que j’ai été éduquée avec la passion de la mode. Dans ma famille, la culture est sportive. J’aime à raconter que ma maman ne comprend pas pourquoi on a inventé autre chose qu’un jean et un tee shirt blanc. En réalité, j’exagère un peu. Cependant quand le vêtement est réduit à sa fonction primaire, il est loin d’être passionnant.

Petite Mane - Passion Mode

Aussi loin que je m’en souvienne, lorsque je faisais du shopping, j’ai toujours aimé toucher les vêtements et sentir les matières sous mes doigts. Ce n’est pas simple d’expliquer la raison d’une passion. Par définition, une passion c’est plus fort que nous … C’est inscrit au plus profond de notre âme, sans vraiment qu’on sache le pourquoi du comment.

En y réfléchissant, je pourrais vous parler du théâtre. Pendant presque six ans j’ai pratiqué cette activité. A 5%, ce choix s’explique car je voulais être avec mes amies. Pour les 95% restants, c’était pour les costumes. J’adorais me déguiser, non pour devenir quelqu’un d’autre, mais pour le costume en lui-même.

3 siècles de mode - Passion Mode

Le temps a passé et la mode est devenue une obsession. Je ne pouvais pas m’empêcher de regarder et d’analyser ce qui faisait une tenue réussie. Un jour, j’ai eu envie d’en apprendre plus. Je me suis interessée à l’histoire de la mode et à comment cette dernière est intimement liée à notre société. Je trouvais cela fascinant.

Pour vous l’expliquer, je pourrais vous parler de Gabrielle Chanel. Cette couturière de renom a été l’une des premières à œuvrer pour la libération de la femme au début du XXème. Elle a réinventé la mode en partant d’une réflexion simple : comment une femme peut être libre de ses droits si, les vêtements qu’elle porte, l’empêchent d’être libre de ses mouvements ? A l’époque les robes sont énormes, les corsets beaucoup trop serrés et les chapeaux si lourds, que les femmes ne peuvent pas faire trois pas sans l’aide de leur mari. Mais Gabrielle refuse tous ces artifices, elle choisit ses vêtements dans la garde-robe de l’homme qui partage sa vie. Elle créa son propre style qui deviendra LE style. Cette histoire je la trouve incroyablement passionnante et ce genre d’anecdotes ne fait que renforcer mon amour pour la mode.

Chanel - Passion Mode

Quand est arrivé le moment de faire un choix d’orientation professionnelle, comme beaucoup, j’étais dans le doute. J’avais envie d’être dans la politique mais je ne pouvais m’empêcher de me dire que j’aimais beaucoup trop les belles choses pour être crédible. Constat assez ironique lorsque l’on s’intéresse à l’actualité française … Dans ma tête trottait la phrase de mon papa, il me disait que son métier n’en n’était pas vraiment un, c’était avant tout une passion. Je me suis rendue compte que je voulais la même chose pour moi … A ce moment précis, j’ai choisi de travailler dans la mode.

Puis, j’ai dû défendre ce projet devant un jury … J’ai fait un monologue plein d’enthousiasme et de naïveté sur mon amour de la mode. Au moment du bilan, je me souviendrai toujours de cette simple remarque : « Comment voulez-vous réussir ? Vous n’êtes même pas parisienne ». Si le but était surtout de me déstabiliser, je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’il avait raison.

Fashion Forward - Passion Mode

J’ai donc continué à travailler et à en apprendre plus. Je me suis intéressée à la Haute Couture, et sur ce qui fait qu’un simple bout de tissu peut se transformer en un incroyable chef d’oeuvre. Pour moi, l’acte de création, c’est poétique, presque magique et même sensuel. Comme quoi, tout est subjectif. Je me souviens de la métaphore que mon prof de philosophie utilisait à propos de la Haute Couture : les mouvements des danseurs classiques ont beau être incroyablement complexes, ils sont maitrisés de telle sorte que, pour le spectateur, ils semblent fluides et aisés, la Haute Couture, c’est la même chose. En un mot, l’élégance à l’état brut.

Avril 2016, pour la première fois de ma vie, je pleure de joie. La raison de ces larmes, elle est simple, j’ai réussi à atteindre un de mes objectifs professionnels : travailler au sein d’une grande maison de couture. Pour mes débuts cela sera Chanel. J’ai passé trois mois dans une de leur boutique et pour la première fois de ma vie je me sentais à ma place, c’était comme une évidence. Je n’avais pas à rougir de ma passion et j’étais complétement épanouie.

31 rue Cambon - Passion Mode

Je ne peux pas vous raconter la suite de l’histoire, elle n’est pas encore écrite. Mais, avant de vous quitter, je dois vous dire une dernière chose. La mode est comme une armure, quelque chose qu’on enfile pour affronter la société. Qu’on le veuille ou non, nous sommes des êtres qui jugeons. Alors, quand la timidité est trop grande, et que la confiance en soi est absente, c’est toujours plus simple de se cacher derrière ses vêtements. C’est faire illusion, le temps d’un instant, sur ce qui nous fait défaut.

Mane

 

Commentaires récents

6 Comments

  1. avril 1, 2017
    Reply

    Un article magnifique! On ressent ton amour et ta passion pour la mode et c’est ce qui rend d’autant plus magnifique. J’espère un jour pouvoir vivre de ma passion 🙂
    Bisous,
    Ludivine de LadiesColocBlog

    • Romane_Brt
      avril 1, 2017
      Reply

      Merci beaucoup ! Cela me touche énormement 🙂
      Tout reste à faire encore de mon côté, je n’ai eu la chance de faire qu’un stage … J’attends de voir la suite

      A très vite

  2. mars 31, 2017
    Reply

    Très bel article, écrit avec tes tripes, avec passion, avec ton coeur…
    J’adore lire ce genre de récit, ça me parle beaucoup et tu écris bien 🙂

    Merci pour ta petite confession passionnée ^^

    DesBises!

    Zelda

    http://www.lespetiteshistoiresdezelda.com

    • Romane_Brt
      mars 31, 2017
      Reply

      Merci beaucoup Zelda, ton commentaire me touche beaucoup. Cela fait peu de temps que le blog existe et je suis ravie qu’il plaise ! 😁😁

      Belle journée ! 😘

  3. mars 30, 2017
    Reply

    Super cet article, quel teasing ! Il faudra nous raconter l’envers du décor aussi ;-). Que fais-tu chez eux ? « comment voulez-vous réussir ? Vous n’êtes même pas parisienne. » raaaaa ça m’a fait bondir en me mettant à ta place, ce snobisme de la capital (même si j’ai longtemps été parisienne) me hérisse le poil. Et d’ailleurs Gabrielle Chanel n’a-t-elle pas étudié à Moulins en plein centre de l’Auvergne ? Nan mais vraiment… A très vite pour un nouvel article j’espère !

    • Romane_Brt
      mars 30, 2017
      Reply

      Merci beaucoup !

      Alors il faut remettre cet entretien dans son contexte, c’etait un entrainement pour les oraux en école de commerce. La personne qui m’a dit cela ne venait même pas de Paris. Après la question est de savoir est ce qu’il le pensait ou pas. Mais je suis d’accord avec toi, être de Paris est loin de suffire à la réussite, ce qui compte c’est la passion de son travail.

      A très vite, promis 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.