La légende Karl Lagerfeld


Culture mode / mercredi, février 20th, 2019

Ça ne devait pas se passer comme ça. Évidemment, il était inconcevable de ne pas parler de Karl Lagerfeld parmi les légendes de la mode, mais pas tout de suite, pas maintenant. Or la vie en a décidé autrement, le Kaiser nous a quitté. Alors voilà monsieur Lagerfeld, à nous deux, à mon plus grand regret. 

Ses débuts

La légende de Karl débute en Allemagne à sa naissance en 1935. Enfin du moins c’est ce que l’on croit. La vérité sur son âge, il l’a gardée secrète. Ses premiers émois pour la mode arrivent quelques années plus tard alors qu’il est encore ado. C’est lors d’un défilé Dior en 1947 qu’il commence à dessiner ses premiers croquis. Comme tous les génies, il se construit seul et notamment grâce à ce don incroyable pour le dessin qui contribuera à sa réputation. À croire que la mode, pour lui, été innée et qu’elle coulait dans ses veines.

En 54, il fait parler de lui en remportant le premier prix, ex aequo avec Yves Saint Laurent, d’un concours de stylisme. Très vite les deux couturiers deviennent les meilleurs ennemis. Rivalité stylistique sur fond de trahison amicale, ce sont des choses qui arrivent. Un royaume n’a jamais eu deux rois. Mais cette place lui permettra avant tout de devenir l’assistant de Pierre Balmain ce qui marque le début de sa carrière de couturier.

Son passage chez Balmain sera bref car très vite il prend la place de directeur artistique chez Jean Patou, encore une légende de la mode … Une expérience qu’il décrira comme étant celle qui lui a appris le métier. En tant que véritable boulimique de travail, il opte pour un statut de freelance. Lagerfeld devient alors l’homme des marques, de Fendi à Mario Valentino en passant par Chloé, toutes ont eu l’honneur de voir ses dessins prendre vie.

Crédit photo

Karl après Coco

En 1983 arrive le challenge d’une vie, faire revire la maison Chanel en souffrance depuis le décès de Mademoiselle. Alors que l’on disait la cause perdue, Karl illumine la mode de son génie et fait renaitre cette institution de ses cendres. Il réussit l’exploit de mêler le patrimoine laissé par Coco aux tendances de son temps. Il fait entrer la Maison dans la modernité. Chanel devient le Chanel de Karl sans jamais oublier Mademoiselle. Alors que la couturière avait en horreur les mini-jupes, il les fait défiler accompagné de l’immuable tailleur. Ses créations deviennent mythiques : le timeless, mais aussi les sling back ou encore les espadrilles. Il réalise l’incroyable exploit de durer dans le temps en occupant le poste de directeur artistique pendant plus de 30 ans.

L’intemporel

Très vite une évidence se met en place, Karl est l’un des seuls couturiers à adapter son style en fonction des maisons auxquels il offre ses créations. Tout comme il sait vivre avec son temps. Cela est encore une autre facette de sa personnalité. Celui qui n’est jamais satisfait et qui ne cesse de se remettre en question et de continuer à travailler. Jusqu’à la fin Lagerfeld évoluera afin de nous faire part de tout son génie.

Lagerfeld pour tous

Karl c’est aussi l’homme qui a permis la démocratisation de la mode. Dès 1963, c’est en partie à lui que l’on doit la naissance du prêt-à-porter. Au début des années 2000, il décide de sortir de l’ambiance feutrée de la rue Cambon en devenant le premier couturier à dessiner une collection capsule pour H&M. Bien sûr la collection est un succès, et elle est intégralement vendue en quelques heures. Trop peu de clientes, à son goût, partiront avec ses créations mais il ouvrira la voie à Jimmy Choo, Balmain ou encore Lanvin.

L’homme aux lunettes noires 

Et puis comment parler du couturier sans parler du personnage. Chez lui, tout est romancé, de son lien avec sa mère, à son style de vie en passant par ses amours … On sait très peu de choses. Un mystère qu’il entretient et qui constitue sa légende … Parfois décrié mais le plus souvent adoré, ce que l’on oublie aussi c’est qu’il est un personnage avec beaucoup d’humour.

Enfin on se souviendra de lui comme étant l’homme celui qui a permis à tant d’autres d’exister : Baptiste Giabiconni, Inès de la Fressange, Vanessa Paradis, Lilly Rose Depp et j’en passe. Tous ont eu la chance d’avoir une bonne étoile prénommée Karl sur leur chemin …

Alors certes Monsieur Lagerfeld c’est bien trop peu pour résumer votre vie, mais que voulez-vous … De vous à moi vous saviez que c’était impossible, le génie, votre génie, ne se résume pas. Je finirai en vous disant merci, cela a été un honneur de vendre vos créations, d’admirer votre travail et d’être embarquée dans vos univers tous plus fous les uns que les autres. Si l’histoire se termine, l’admiration restera éternelle.  

Mane.

2 réponses à « La légende Karl Lagerfeld »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.